mardi 25 juillet 2017

Vos rendez vous du Mercredi

Saint-Rémy de Chaudes-Aigues

Pas de permanence de secrétariat de mairie pour congés annuels
les vendredis 4, 11 et 18 août ainsi que les mardis 22 et 29 août
En cas de nécessité, s’adresser aux élus
La source du Par sur France 5




L’émission, enregistrée l’an dernier « 100 lieux qu’il faut voir », est programmée sur France 5 pour le  samedi 29 à 15 h 55 et le mardi 8 août à 16 h 40. Vous pourrez y admirer la cathédrale Saint-Flour, Garabit, la lentille blonde, la source du Par et le vol avec les oies à Coltines.
Quand les Bretons enchantent le festival de chorales.


Ce samedi se tenait le cinquième festival bisannuel du Souffle du Par en terre des eaux chaudes. Outre le chœur local et celui, éphémère, des petits Caldagués, deux phalanges participaient : Braciphonie de Bracieux dans le Loir-et-Cher et Moueziou Pluguen du Finistère. Un grand récital en l’église à 18 heures réunissait l’intégralité des formations pour prés de deux heures et demie de concert et une centaine de chanteurs. Le répertoire s'avérait extrêmement composite, avec une vraie  diversité. Les jeunes Caldagués donnaient des pièces de variété dont un très réussi « medley des oiseaux ». Braciphonie et le Souffle du Par offraient un voyage musical au programme éclectique : contemporain, traditionnel ou religieux avec quelques belles performances : « Kilimandjaro », « Ma liberté », « Vierge des montagnes », « Vivre libre » ou « la prière sévillane » . Moueziou Plugen du Finistère réservait un menu exclusivement breton. La magie a opéré durant près de 40 minutes sans aucune interruption entre les airs, avec seulement un trait d’union parlé. L’auditoire n’a pas mis longtemps à être conquis. C’est un paquet de mer et de notes qui a envahi l’église Saint-Blaise Saint-Martin peu habituée à ces embruns salés. Accordéon et piano accompagnaient les chants ajoutant à l’ambiance maritime que déroulaient les interprètes où les mots tout autant que le ton participaient. Le Caldagués se retrouvait en Bretagne ou la Bretagne en Caldagués. Peu importait, le spectateur se laissait porter sur cette vague soufflée par un ensemble qui délivrait une émotion à marée haute, empreinte de sa culture bretonne tant dans la qualité que la véhémence des exécutions . L’âme celtique chevillée au corps le chœur dispensait son amour de la mer destructrice et nourricière, un répertoire tout en couleur marine pour simplement affirmer : « Qu’elle est belle ma Bretagne ». Submergée par tant de talent et de partage, l’assistance debout salua cette prestation dont les tympans de l’église et des présents se souviendront sans doute longtemps de ce festival 2017. Le « Kenavo » : « on se reverra, comment oublier ça, » incontournable ponctuait leur contribution. Plus de cent chanteurs participaient au bouquet final d’ une « Pavane » commune. Les chorales se retrouveront ensuite pour passer un moment d’échange et de cordialité autour d’un repas auvergnat. Ce moment posera l’occasion de tisser les liens entre les groupes. Le Souffle du Par rendra la politesse à ses hôtes en se produisant prochainement en Loir-et-Cher et Finistère.




lundi 24 juillet 2017

Un tête à tête de pétanque réussi.


Le tête-à-tête de ce dimanche 23 juillet a accueilli soixante-quatre joueurs. Un nouveau record pour Chaudes-Aigues pétanque qui n’en attendait pas autant, surtout pour un tournoi officiel. L’image positive de l’association Caldagués trace son chemin, elle en récolte les fruits désormais. Dans le concours A, Pierre Jean Alriq de Murat l’emporte contre Jean-Jacques Chadelat de Saint-Flour. Alexandre Kos de Sainte-Geneviève gagne contre Éric Cissac de Pierrefort dans le B. Et pour le C, Christophe Bonnal (fils de...) de Chaudes-Aigues se défait de Patrick Buffieres de Verneuil l’Étang. Une organisation sans anicroche à l’aune des précédentes avec à l’informatique la collaboration amicale et rigoureuse du président Bés de Sainte-Geneviève. La veille pour le compte du challenge du comité départemental la formation Caldagués se déplaçait à Reilhac où ils bénéficièrent d’un accueil chaleureux, mais subirent un sévère, mais avec les honneurs, revers sportif puisque désormais éliminés. Quoi qu’il en soit, ce challenge permit aux joueurs d’acquérir de l’expérience et apprécièrent la réception des différents clubs qu’ils affrontèrent.


Jeannot le lapin a élu domicile sur le pont...


Beaucoup ont observé que le char, fleuri et agrémenté, par les services municipaux a trouvé une place idéale sur le pont du centre hospitalier Pierre Raynal. Toujours quelques bouquets et autres accessoires ornementent le tombereau mis à disposition par Jean Vincent. Mais peu connaissent vraiment et savent qu’un animal y a élu domicile. Jeannot, installé comme un coq en pâte, demeure bien à l’abri de la chaleur et des intempéries, confortablement approvisionné par les gens du voisinage. Seulement voilà d’aucuns veulent faire preuve de zèle ou rendre notre mammifère encore plus heureux en lui offrant quelques feuilles du lierre d’à côté. Erreur monumentale notre Jeannot a eu du mal à digérer la verdure en question. . La sagesse recommande de ne rien lui donner. Les riverains habilités à la tâche suffisent à le pourvoir de sa nourriture quotidienne . Le Jeannot reste exclusivement herbivore. Cela ne signifie nullement qu’il ne mange que de l’herbe, mais que son alimentation est surtout composée des fibres contenues dans les végétaux, de foin, de carottes et de graines. De grâce ne lui procurez surtout pas de feuilles du lierre voisin, il en pâtit et en mourrait certainement  si d’aucuns venaient à renouveler cet exploit. Donc merci de ne rien lui donner . Il convient aux enfants : c'est un animal très affectueux, sans aucun danger. Toutefois, le lapin est peureux et très fragile. Merci de ne pas essayer de le caresser.

dimanche 23 juillet 2017

Jean-Paul Moscovino le sculpteur de couleurs.

Arrivé en Caldagués le 13 juillet, il a participé à la soirée de fête nationale « j’y ai retrouvé des souvenirs d’enfance ». Il ne connaissait l’Auvergne que par quelques vacances avec ses parents et a découvert Chaudes-Aigues et le Cantal grâce à cette exposition en la chapelle des pénitents, initiée par le CLAC. Samedi lors du vernissage il donnait une perspective sur son travail et ses œuvres. « La couleur reste mon “matériau” de base. C’est peu courant pour un sculpteur, mais toute substance ne devient visible que par sa peau. Vous aurez aussi remarqué que mes sculptures sont souvent bleues ! Ce phénomène de surface entraîne une réflexion. Démarrer d’une seule feuille à la manière des origamis, c’est en outre partir d’une couleur unie pour obtenir une multitude de teintes selon l’orientation des facettes et leur éclairage. Quant à la démarcation, c’est le rôle que jouent les nuances en annonçant le passage entre la forme vide et la pleine : « toute masse tangible est ceinturée d’une contre forme pour moi tout autant présente et entourée de couleur. La limite devient le moment où je sens l’image abstraite basculer dans le connu et s’y accrocher obstinément, tout comme, à l’inverse, lorsque le figuratif se déconnecte de la référence et de la mémoire. » Il invitait à tenter l’expérience avec ses sculptures qui s’inspirent de corps assis ou alanguis. « Je les ai construites avec leurs dos, leurs bras, leurs jambes, mais aussi avec leurs ombres. J’en ai tracé des calligraphies dans l’espace, mais également des cathédrales avec leurs croisées d’ogives ou plus humblement des abris à l’intérieur desquels on voit la face cachée de la couleur ». Il poursuivait «  Entrez dans la structure et vous y trouverez une autre perception des sons et de l’endroit surtout ici devant ce retable largement ouvragé et ornementé. Mes sculptures ressemblent à tout sauf à cela. Mais les ors de l’autel ont une correspondance avec le bleu de mes ombres sculptées qui ne sont qu’une étape à mes interrogations sur les illusions d’optique et les sensations générées par le regard. Monsieur René Molines, maire, remerciait le CLAC et ses partenaires « Pour cette exposition dans notre chapelle qui constitue incontestablement l’événement de l’été dans notre commune. » À voir jusqu’au 15 août tous les jours de 15 h 30 à 18 h 30.


samedi 22 juillet 2017

Le HBCA tire son bilan de fin de saison et change de présidente

Le club de Handball Caldagués vient de tenir son assemblée annuelle principalement pour tirer un bilan de la saison et étudier les perspectives pour 2017/2018. « Une année passée qui s’avère des plus satisfaisantes sur le plan des résultats puisque Le HBCA termine 2e du championnat départemental (suite au forfait de NRJ-St Mamet). Malgré un nombre restreint de joueuses, nous avons su rester déterminées et motivées. Je remercie les joueuses qui ont gardé leur bonne humeur au cours de la saison » affirmait Carole Chayrigues la présidente en ouvrant cette assemblée générale. Yohan Baduel n’échappait pas aux remerciements « pour ses séances parfois très sportives, mais qui au final ont porté leur fruit ». Et de poursuivre « Chacune a pu progresser au fil de la saison et c’est ce qui fait la force de notre équipe puisque, quel que soit le niveau de l’une ou de l’autre, l’esprit d’entraide et de camaraderie a permis d’avancer ensemble que ce soit dans la victoire ou dans la défaite ». Les filles avec la présidente lui restaient reconnaissantes pour sa présence à leurs côtés tout au long de l’année pour les moments pris sur son temps libre pour venir les coacher. Chacun a accompli son devoir. Les licenciés et dirigeants ont veillé à chaque réception à la bonne organisation des événements. Les sponsors et supporters les ont soutenus financièrement et par leurs vifs encouragements lors de chacune de leurs rencontres. Enfin elle savait gré à Aurore et Angélique de leur engagement dans la tâche arbitrale et qui grâce à leurs disponibilités a permis au club de remplir les obligations de la "Contribution mutualisée des Clubs au Développement" et d’éviter les pénalités (pécuniaires et de classement). Et pour en terminer, Carole Chayrigues remerciait Angélique, Linda et Virginie, membres du conseil d’administration « qui ont effectué leurs tâches plus qu’activement et m’ont suppléé de leur mieux tout au long de la saison. ». Elle posait en conclusion : « Pour ma part après deux ans à la gouvernance de l’association qui furent très enrichissants sur le plan humain et sportif, je passe la main. » La saison à venir restera dans la continuité des précédentes où la complicité qui règne dans l’équipe persistera. Le nouveau bureau du club s’articule ainsi présidente : Angélique Rigal, secrétaire Sandrine Baduel, trésorière Linda Latréche

vendredi 21 juillet 2017

Quand 10 € égalent 70 € d’avantages avec le Pass Activ’ Jeunes
Depuis le 17 juillet, le Pass Activ’Jeunes de Saint-Flour Communauté offre des réductions aux jeunes de 6 à 18 ans dans de nombreuses structures culturelles, de loisirs et de sports de son territoire. La valeur des avantages atteint 76 euros pour un prix d’achat de seulement 10 €. Proposé par Saint-Flour Communauté avec la collaboration de l’OMJS, « son objectif est de faciliter l’accès aux activités présentes sur le territoire au plus grand nombre », précise Pierre Jarlier, président de Saint-Flour Communauté.La communauté de communes s’engage financièrement à hauteur de 14 800 € en faveur de ce dispositif jeunesse.
Le Pass Activ’Jeunes offre les avantages suivants :
1 chèque de 10 € : licence sportive ou culture dans une association du territoire
1 chèque de 3,50 € : activité nordique (Prat-de-Bouc, Saint-Urcise, Le Ché, Cézens) , activité nautique (Lanau, Garabit-Grandval), équestre ( Pierrefort, Ruynes, St Flour, Tiviers) ;
2 chèques de 2 € : piscine (Pierrefort, Chaudes-Aigues, Coltines, Ruynes-en-Margeride, Lanau, Val d’Arcomie (St Just)) ;
2 chèques de 3 € : cinéma (Chaudes-Aigues et Saint-Flour) ;
1 chèque de 5 € : médiathèque (Pierrefort, Neuvéglise, Saint-Flour), spectacle vivant (offre inscrite à l’Agenda culturel de Saint-Flour Communauté) ;
1 chèque de 3 € : médiathèque, (Pierrefort, Neuvéglise, Saint-Flour), spectacle vivant (offre inscrite à l’Agenda culturel de Saint-Flour Communauté)
1 entrée Musées de France (Ecomusée de Margeride et musées de Saint-Flour)
1 entrée Musées (Musée de la Résistance à Anterrieux, de la Géothermie à Chaudes-Aigues et de l’Agriculture à Coltines).
Offres gratuites, offertes par des privés du territoire intercommunal :
1 partie offerte par le Bowling 108 ;
1 heure offerte par Cantal kid ;
1 entrée offerte par CALEDEN (espace thermoludique) ;
1 entrée offerte au spectacle Diego n’Co pour le spectacle du mardi soir (réservation obligatoire pour chaque spectacle).
Disponible auprès du public à partir du 17 juillet dans les maisons de services notamment celle de Chaudes-Aigues 29 avenue Pierre-Vialard. Renseignements complémentaires au 04 71 23 92 33.
Le Pass Activ’Jeunes est une carte individuelle, vendue sur présentation d’une pièce d’identité (carte d’identité ou livret de famille) et d’un justificatif de domicile. Il est valable jusqu’au 30 juin 2018.
Sécurité, chevreuil et gibier, les chasseurs préparent l’ouverture.



Les nemrods Caldagués viennent de se réunir en assemblée générale afin de se prononcer sur quelques dossiers avant l’ouverture. Le bilan financier n’apportait pas de remarque spécifique avec un solde positif et une comptabilité tenue avec rigueur par le trésorier. Le plan de chasse arrêté par Monsieur le Préfet du Cantal attribue 29 cerfs et 35 biches avec un volant de six animaux laissés à l’appréciation de la société locale. Un premier lâcher de gibier s’effectuera avant l’ouverture avec 100 faisans et perdreaux, deux autres opérations du même type se dérouleront au cours de la saison. Le tir d’été du chevreuil est autorisé pour deux brocards (mâles) et 15 femelles. Le ball-trap se tiendra « chemin de la mine » pour la fête d’été le dimanche 6 août. En ce qui concerne le conseil d’administration : Rémy Gémarin et Nicolas Orlhac deviennent membres en remplacement de Cédric Mathieu et Fabien Orlhac. Le nouveau bureau se compose de la manière suivante : Président Jean-Louis Charbonnier ; adjoint, Pascal Cros ; Trésorier Jean-Luc Pons ; secrétaire Benoît Guibal. Les travaux du local avancent bien, le bardage externe sera entièrement posé dès cette semaine. La municipalité vient d’effectuer les branchements des réseaux d’eau et d’assainissement. Un effort particulier se portera sur la sécurité : dix miradors seront implantés. Ils n’ajoutent rien à la traque du gibier, mais obligent le chasseur à un tir fichant vers le sol et une meilleure visibilité en action de coup de feu. Par ailleurs 8 membres volontaires de l’association vont participer prochainement à une journée de formation et d’habilitation à Aurillac sur la sûreté des battues. 
 

jeudi 20 juillet 2017

Cliquer sur l'affiche pour agrandir
La passion de Joël et Geneviève


La peinture, le carrare, le bronze, Joël et Geneviève telle pourrait se définir le nom de cette exposition actuellement à la médiathèque sous le titre générique de « la passion ». Le qualitatif l’emporte sur le quantitatif on y trouve la vénération de la création dans un anneau de marbre comme le chas d’une aiguille où passe le fil de la ferveur pour aboutir à une présentation tout en quiétude. L’homme et la femme ont besoin de cette flamme pour exister : comme si justement cette exaltation pour l’art aide à vivre mieux. Mais que deviendrait la passion sans talent ? Le couple participe régulièrement à des stages et travaux de l’association « marbres et arts ». Les œuvres sont simples, indécomposables à regarder, sans fatalement chercher le pourquoi du comment dans certaines toiles ou sculptures. On y entre, on s’imprègne, on empoigne ce que l’on décide d’y trouver sans cette masturbation mentale à laquelle parfois l’art incite. Tout ceci se crée pour la beauté du geste juste et inventif. Seulement quinze pièces sont exposées l’anneau de marbre sur la table posé sans affectation, ni arrière pensée attire l’œil et installe l’ambiance tout en apaisement et délicatesse. On se prend plus à chuchoter qu’à parler normalement. Le visiteur s’étonne de tant de talent. Il suffit de consulter le livre d’or. Il apprécie les regards appuyés du tibétain ou du porteur de fagot du Mékong. Les œuvres carrées abstraites semblent réponde à la rondeur des sculptures ou du bronze. Chacun s’ébaubit de ces dispositions cachées d’un couple de plasticiens qui donnent à voir des personnages réussis, superbes et créations originales. À découvrir dans la sérénité d’un lieu où s’effectuent de belles rencontres. Jusqu’au 17 août à la médiathèque Saint-Jacques aux heures d’ouverture

mercredi 19 juillet 2017

Annulation



Le concert de Guillemette Marannes prévu le mercredi 19 juillet en l’église de Saint-Rémy-de Chaudes-Aigues est annulé.
Laurent Bout expose ses « métamorphoses » à Nantua.

Certes la peinture de Laurent Bout ne parle pas immédiatement à tout le monde , il est judicieux de s’y habituer, de la côtoyer, voire de l’apprivoiser pour la comprendre et l’apprécier. Quoi qu’il en soit le Caldagués de La Valette possède une aura certaine dans le milieu de l’art contemporain où sa cote tient une valeur incontestable. Il expose actuellement ses « métamorphoses » au centre d’art « la maroquinerie » à Nantua (01) du 30 juin au 8 août Voici ce qu’en dit Eric Vassal, un autre Cantalien engagé dans l’art contemporain. « Monde cellulaire, organisme humain, embryon architectural, la peinture de Laurent Bout pose les formes élémentaires et les questions troubles et inquiétantes de la mutation de l'homme dans son espace. Cette vision colorée et baroque, poétique et picturale, s'identifie au monde naturel et tente d'approcher les formes immuables et simples que représente l'essence du vivant.Le monde change en demeurant le même. Dans le travail de Laurent Bout, les formes s'enchevêtrent en d’étroites et solidaires subdivisions, évoquant la recherche d'archétypes éternels. Dans un même espace temps, le peintre exprime la volonté de réinventer les images, qui à travers sa peinture, prétextent du sens et du but. L'artiste s'empare sans hiérarchie des rêves et des contradictions qui le régissent, la forme se prête à toutes sortes de mutations, du développement organique ouvert sur le monde à l'isolement existentiel. Laurent Bout déconstruit les définitions figées de la forme afin de visualiser la matière vivante et de proposer l'expérience de ses vibrations et de ses résonances. Les œuvres oscillent entre fragilité et consistance, opacité et dévoilement. Parce qu'elle s'inscrit dans l'universalité, l’œuvre de Laurent Bout a le pouvoir de parler à chacun. A nous maintenant de la voir et de l'entendre. » Vous pourrez rencontrer Eric et Laurent à la chapelle des pénitents à l’occasion de l’exposition de Jean-Paul Moscovino.